L’ordonnance de Kinésithérapie
Procédure d’autorisation

Ordonnance médicale standardisée : Contenu et nombre de séances

La prescription du traitement se fait moyennant une ordonnance de kinésithérapie standardisée qui renseigne notamment sur le type de traitement, le nombre de séances et leur fréquence ainsi que le traitement prescrit.

Le nombre de séances maximum prises en charge par ordonnance varie suivant le type de traitement c’est-à-dire 8 en cas d’une pathologie courante, 64 en cas d’une pathologie lourde, jusque 24 pour des drainages lymphatiques manuels et 32 en cas d’une rééducation post-chirurgicale.

Les pathologies lourdes sont définies à l’annexe G des statuts de la Caisse nationale de santé et sont également affichées sur le verso de l’ordonnance standardisée. Toute pathologie qui ne figure pas sur cette liste, à l’exception de la rééducation post-chirurgicale, est considérée comme étant une pathologie courante.

Les ordonnances étrangères doivent contenir toutes les indications obligatoires telles que prévues sur l’ordonnance standardisée et elles doivent être formulées en français, allemand ou anglais. Des ordonnances prescrites dans une autre langue sont retournées car elles ne peuvent pas être traitées par les services de la CNS.

Il est possible aux médecins étrangers de télécharger et remplir une ordonnance standardisée afin d’éviter tout refus. Celle-ci est téléchargeable juste ici :

Validation de l’ordonnance

L’ordonnance doit être validée auprès de la CNS. Généralement, l’assuré remet lors de sa première séance l’ordonnance à son kinésithérapeute, qui s’occupe alors des démarches administratives nécessaires. Si les conditions administratives sont remplies, la CNS valide l’ordonnance. La validation doit être demandée dans un délai de 31 jours de la date de l’établissement de l’ordonnance médicale.

Titre de prise en charge

La validation consiste dans l’émission d’un titre de prise en charge par la CNS.

Le titre de prise en charge renseigne sur la durée maximale du traitement et le nombre de séances, ainsi que le taux de prise en charge.

Le traitement doit être commencé au plus tard dans les trente jours de l’établissement du titre de prise en charge.

Frais de déplacement

Les frais de déplacement du kinésithérapeute peuvent être pris en charge sous forme de forfait à condition que :

  • Le médecin indique sur l’ordonnance qu’il est médicalement nécessaire que le kinésithérapeute se déplace au domicile de l’assuré pour effectuer les soins.
  • Le déplacement a lieu sur le territoire luxembourgeois. Un déplacement au-delà de la frontière n’est pas pris en charge.

Ces conditions remplies, le forfait de déplacement est pris en charge au même taux que celui appliqué à l’acte délivré lors du déplacement.

Nos kinésithérapeutes assurent des domiciles sur les communes de Bascharage, Hautscharage, Pétange, Differdange, Linger, Sanem, Schouweiler, Niederkorn, Limpach, Bettange-sur-Mess, Rodange, Clemency, Fingig, Hivange, Dahlem, Dippach…

Mode de paiement

Système du tiers payant

Dans ce cas l’assuré paye au kinésithérapeute uniquement la partie à sa propre charge car le kinésithérapeute envoie à la fin du traitement une facture à la CNS, pour recevoir la partie des frais à charge de l’assurance maladie. Le kinésithérapeute restitue ensuite l’ordonnance à l’assuré et lui remet un mémoire d’honoraires sur lequel la partie à sa charge et la partie à charge de la CNS sont clairement indiquées.

Le système tiers payant s’applique uniquement si la demande de validation provient directement du kinésithérapeute et si les soins de kinésithérapie sont prestés au Grand-Duché. Dans le cas où l’assuré demande lui-même la validation de l’ordonnance auprès de la CNS ou si les soins de kinésithérapie sont prestés en dehors du Grand-Duché de Luxembourg, les soins doivent toujours être payés intégralement et la part à charge de la caisse est alors remboursée sur demande.

Veuillez noter que pour les travailleurs frontaliers, la prise en charge des soins reçus dans le pays de résidence relève de la compétence de leur caisse locale.

Avance des frais par l’assuré

Dans ce cas le kinésithérapeute présente à la fin du traitement une facture à l’assuré reprenant le montant total à payer, c’est-à-dire la part à charge de la caisse ainsi que la part éventuelle à la charge de l’assuré. Après paiement l’assuré demande lui-même à sa caisse compétente (CNS ou caisse de maladie du secteur public) le remboursement de la part à sa charge.

Pour pouvoir bénéficier du remboursement d’une facture de kinésithérapie, la facture doit :

  • Porter le numéro matricule de l’assuré, son nom et prénom et le numéro du titre de prise en charge;
  • Être valablement acquittée;
  • Être accompagnée de l’ordonnance médicale.

Taux de prise en charge

Le taux de prise en charge des frais est fixé à 70% pour les actes liés à une pathologie courante.

Les traitements dans le cadre d’une pathologie lourde ou d’une rééducation post-chirurgicale, ainsi que les traitements d’enfants de moins de 18 ans sont pris en charge à 100%.

Attention : certains suppléments pour lesquels la convention des kinésithérapeutes prévoit une facturation ne sont pas pris en charge (tel que un rdv non décommandé).

Déroulement d’une Consultation en Kinésithérapie

La première séance ou BDK :

La première séance de kinésithérapie consiste en une prise de contact avec le patient. Elle dure en général de 20 à 30 minutes de tests et techniques puis 20 à 30 minutes de physiothérapie/relaxation/exercices.

C’est au cours de cette séance que le masseur-kinésithérapeute crée votre dossier patient, analyse vos examens complémentaires (radiographie, IRM, ….), réalise l’anamnèse pour essayer de comprendre les raisons de votre visite en tenant compte de vos antécédents (problèmes de santé actuels, allergies, antécédents médicaux, tests médicaux effectués, liste de vos médicaments, etc.) et en procédant à divers tests physiques, comme l’amplitude du mouvement ou la souplesse d’un geste. Il vous amènera à préciser vos symptômes et les limitations qui vous gênent dans votre quotidien. Tout cela permettra de constituer un Bilan Diagnostic Kinésithérapique ou BDK (en accord avec la prescription médicale).

Le but de ce bilan est double :

  • Etablir un programme de rééducation en fonction de vos besoins, qui peut débuter dès cette première séance ou lors de la prochaine séance
  • Choisir les actes de kinésithérapie permettant la prise en charge du patient. Le kinésithérapeute s’assure de l’adhésion permanente du patient au traitement proposé ; si cela n’est pas le cas, le kinésithérapeute s’adapte en utilisant d’autres techniques.

La séance de kinésithérapie :

Après le bilan initiale, le traitement à proprement parler peut commencer. Il existe plusieurs approches qui sont couramment utilisées en kinésithérapie et celles-ci reposent sur des preuves scientifiques que le kinésithérapeute adapte au mieux aux besoins du patient.

Parmi celles-ci nous retrouvons :

  • Le massage consiste en une manipulation manuelle des tissus mous du corps et plus particulièrement les muscles. Le massage peut être efficace pour réduire l’inflammation et soulager les tensions et raideurs musculaires. Il a été prouvé que le massage peut, par exemple, accélérer la récupération pour les blessures sportives.
  • Les techniques de drainage lymphatiques manuel (DLM) sont très efficaces pour réduire la rétention d’eau (œdème) dans le tissu corporel. Ces œdèmes peuvent s’accumuler après une blessure ou une opération mais peuvent également être causé par des problèmes cardiaques ou des suite de maladies (cancer le plus souvent).
  • Les exercices et les étirements qui sont conçus pour augmenter la force et la mobilité sont également pratiqués durant le traitement. Lorsque nous éprouvons de la douleur, notre première réaction est souvent de garder la zone immobile et de la déplacer le moins possible. Cependant les nouveaux usages mis en avant par les preuves scientifiques nous indiquent qu’il faut essayer, dans la mesure du possible, de bouger un maximum. En effet, l’immobilisation entraine le déconditionnement musculaire. Ceux-ci s’affaiblissent ce qui entraine une raideur susceptible de retarder la guérison. Votre kinésithérapeute à Bascharage sera en mesure de vous indiquer quels exercices sont les plus efficaces afin de retrouver votre état de forme le plus rapidement possible. Ces exercices permettent par exemple de traiter les troubles de l’équilibre (ataxie), la fonte musculaire (dystrophie musculaire), la force musculaire, les troubles moteurs, les troubles cognitifs (associés avec des troubles moteurs et à travailler en pluridisciplinarité). Vous trouverez au sein de notre cabinet de nombreuses machines vous permettant de travailler lors de votre rééducation.
  • La physiothérapie comme :
    • L’électrothérapie : elle consiste en l’emploi de l’électricité dans un but thérapeutique.
    • Les ondes de chocs : elles consistent à émettre des ondes acoustiques extracorporelles à haute intensité. Elles se caractérisent par une augmentation brusque de pression, suivie rapidement d’une phase de pression négative. Il existe des ondes de chocs radiales ou focales.
    • Les ultrasons : ils consistent à émettre un signal ultrasonore suffisamment fort pour provoquer un échauffement pour créer une action défibrosante, une action antalgique ou encore une action anti-inflammatoire.
    • La thermothérapie :elle consiste au traitement par le chaud.
    • La cryothérapie : elle consiste au traitement par le froid.
    • Les lasers : elle caractérise essentiellement par les effets de la bio stimulation cellulaire et ses propriétés : cicatrisante, analgésique et anti-inflammatoire.

Le suivi après séance :

À la fin de vos séances, votre kinésithérapeute à Bascharage pourra vous conseiller, si nécessaire, en hygiéno-diététique et vous orienter en matière de prophylaxie (étirements, exercices ciblés, repos) pour que vos résultats perdurent entre les séances.

Des fiches comprenant des exercices ou étirements détaillées vous seront alors remises afin de pouvoir continuer à travailler à la maison et maintenir votre état de santé dans les meilleurs conditions.